JE

J’eus la révélation que l’ennui, passé un certain seuil, n’est plus une antichambre dans laquelle on piétine en regardant s’ankyloser les aiguilles de la pendule : l’ennui se transforme en une esplanade sans limite, où la pensée peut évoluer comme bon lui semble, où l’imagination peut construire tout ce qui lui chante. L’ennui, ce sont en vous les terres inexplorées qui conduisent au soleil couchant. L’ennui est l’Ouest de l’homme. Lui aussi appelle une conquête. Lui aussi recule l’horizon. Lui aussi est plein d’animaux étranges, de décors fantastiques, de dangers mortels, de questions vénéneuses.
Alain GERBER

 

Publicités

Une réflexion sur “JE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s